Le Centre sicilien de documentation “Giuseppe Impastato”.

Qu’est-ce que le Centre. Le Centre sicilien de documentation est le premier centre d’études sur la mafia né en Italie. Fondé en 1977 par Umberto Santino et Anna Puglisi, il s’est formellement constitué en Association culturelle en mai 1980 et a pris le nom du militant de la Nouvelle gauche, Giuseppe Impastato, assassiné par la mafia le 9 mai 1978.

Le but. Le Centre a pour but de développer la connaissance du phénomène mafieux et autres phénomènes assimilables, au niveau national et international; de promouvoir des initiatives dans le but de combattre de tels phénomènes; d’élaborer et de diffuser une culture juste de la légalité, du développement et de la participation démocratique. Le Centre s’est également employé dans le mouvement pour la paix, contre la globalisation néo libre-échangiste et pour une globalisation de la participation démocratique et des droits de l’homme. Les activités suivantes sont destinées à de telles fins : recueillir du matériel à caractère politique, économique, historique, sociologique ; mener des études et des recherches ; promouvoir les initiatives culturelles (conférences, séminaires, débats, expositions etc.) ; publier des livres, brochures et documentations diverses.

Les activités. Au cours de ses activités, le Centre, entièrement autofinancé, a créé une bibliothèque, une hémérothèque et des archives spécialisées sur la mafia et autres formes de criminalité organisée; il a élaboré des études et des recherches, des bibliographies et du matériel de documentation; développé des activités d’information et d’éducation dans les écoles et les instituts universitaires, en Italie et à l’étranger; promu des initiatives de mobilisation (à commencer par la manifestation nationale contre la mafia, la première de l’histoire italienne, qui s’est déroulée en mai 1979) et d’agrégation sociale et a eu un rôle décisif dans l’enquête sur le meurtre Impastato.

Avec le projet de recherche Mafia et société, le Centre a entrepris une analyse scientifique du phénomène mafieux, menant des recherches sur l’homicide à Palerme, les entreprises mafieuses, le trafic international des drogues, le rapport mafia-politique et le mouvement anti-mafia.

(Traduit de l’italien par Nathalie Bouyssès)

Un projet du Centre Impastato: le No Mafia Memorial – laboratoire de la lutte contre la mafia: un chantier ouvert… Le No Mafia Memorial est un projet sur lequel le Centre Impastato travaille depuis de nombreuses années. C’est un chantier ouvert pour  la réalisation d’un espace multimédia qui soit à la fois: un musée sur la mafia et sur l’antimafia, des origines jusqu’à nos jours; un laboratoire didactique, géré par des enseignants et par des étudiants; une bibliothèque, une médiathèque, un centre d’archives et une banque de données; un lieu de recherches, de rencontres et de projets. En bref: un espace à vivre et pas seulement un musée à visiter.

Le Centre Impastato et la Municipalité de Palerme sont à l’initiative du projet. En décembre 2015, le Conseil municipal de Palerme a adhéré au projet du Centre et a voté la réalisation du No Mafia Memorial.

Les partenaires. Le Centre et la Municipalité sont soutenus par la Rai, la Banca etica, le Cesvop (Centre de services pour le volontariat de Palerme), le Forum régional du milieu associatif, la Maison de la Mémoire Felicia et Peppino Impastato, le comité Addiopizzo, la CGIL (Confédération Général du Travail Palermo), et comme partenaires média, l’agence de communication Visiva.

Les adhésions. Le projet a récolté de multiples adhésions aux niveaux local, national et international, parmi lesquelles, des familles de victimes, des fondations et des associations, des chercheurs, des enseignants, des journalistes.

Le siège. Le palais Gulì se trouve Corso Vittorio Emanuele 353, dans le centre historique de Palerme, devenu zone piétonne suite à la reconnaissance par l’Unesco des monuments arabo-normands comme patrimoine mondial de l’humanité.

Palerme et le No Mafia Memorial. Au cours des dernières décennies, Palerme a été le théâtre de la violence mafieuse, mais également un laboratoire d’idées, de connaissances et de mobilisations qui ont marqué un tournant dans l’histoire de la ville. Le No Mafia Memorial se présente comme un nouvel espace collectif au sein de ce laboratoire, dont le but est de faire naître de nouvelles idées et de nouvelles pratiques de libération de la mafia et des complicités qui l’ont rendue puissante et impunie.

Comment soutenir le Centre e l No Mafia Memorial. A travers une donation sur le compte courant auprès de la Banca Etica, en utilisant le numéro IBAN: IT49G0501804600000012327615; BIC/SWIFYT: CCRTIT2184A. Avec Paypal ou une carte de crédit; à travers les récoltes de fonds sur les réseaux sociaux, en participant au crowdfunding, en devenant soutien ou ami du Mémorial, en léguant un objet, une archive, une œuvre d’art, en participant aux activités du mémorial comme volontaire. Pour la campagne de communication et de récolte de fonds, le site www.nomafiamemorial.org a été créé, ainsi qu’une page Facebook.

 

Publication en français

Umberto Santino, La mafia sicilienne et les nouveaux marchés des drogues en Europe, A Labrousse et A. Vallon (sous la direction de), La planète des drogues, Éditions du Seuil, Paris, 1993, pp. 123-143.

Umberto Santino, Mafia entre première et deuxième République, “Peuples Méditerranéens”, n. 67, avril-juin 1994, pp. 91-107 ; www.centroimpastato.com.

Umberto Santino, Mafia et entreprise, Université Paris I, Journées d’étude sur la mafia; Paris, Maison des Sciences Economiques; 5 et 6 juillet 2001; www.centroimpastato.com.

Umberto Santino, Mafia, crime transnational et mondialisation, La ligne d’horizon, Défaire le développement, Refaire le monde, Parangon, Paris 2003, pp. 89-100 ; www.centroimpastato.com.

Umberto Santino et Salvatore Palidda, Qu’en est-il de la mafia?, Médiapart, 8 avril 2015; www.centroimpastato.com.

Anna Puglisi, Le rôle des femmes dans l’organisation mafieuse et dans la lutte contre la mafia, www.centroimpastato.com.

Umberto Santino, Mafia et antimafia hier et aujourd’hui, traduit par Bérangère Denizeau, Centro Impastato – No mafia Memorial, Palermo, 2019.